Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

... sa liberté de penser

30 Juin 2013 , Rédigé par Battì Publié dans #Gao Kao, #Actu, #scandales, #Guo Meimei, #Li Gang

Si vous êtes un lecteur assidu, vous savez maintenant ce qu'est le Gao Kao. Si vous ne savez pas (vilains canaillous), mes étudiants l'expliquent là. Si vous avez la flemme, ou si vous n'avez pas le temps, le Gao kao, c'est le bac des jeunes chinois.

L'édition 2013 est finie, et à quelques semaines de la publication des résultats, il y a des fuites. Souvent les copies les plus mauvaises, qui sont une occasion de bien rigoler. On fait pareil, ne soyons pas faux-culs.

Parmi les copies révélées au public, une dissert' qui avait pour sujet la justice. Le gamin a pondu une copie pour le moins surprenante, que je retranscris ici pour vous.

(ne prêtez pas trop attention au style, c'est la traduction d'une traduction...)

Si on en croit les médias, la dernière décennie a vu les prix de l’immobilier être multipliés par vingt. Alors que tous les jeunes qui ont des rêves ne sont même pas en mesure de relever la tête parce qu’ils sont écrasés sous le poids des logements, où est la justice ? Le salaire mensuel de monsieur Tout le monde suffirait à acheter un demi mètre carré par mois, et pendant ce temps, chacune des montres de « Frère Montres » coûte des dizaines de milliers de yuans – et Frère Montres prétend même en posséder des douzaines. Frère Montres dit même qu’il a plein d’appartements à Pékin. Ainsi, mes yeux ont failli jaillir de leurs orbites en lisant le sujet de cet examen.

Heureusement, j’ai ensuite imaginé « Sœur Maison » s’adressant à Frère Montre : « T’es un petit joueur, gamin ! » Après tout, c’était partout dans la presse que Sœur Maison possédait des douzaines d’appartements à Pékin, ainsi que les titres de propriété de quatre villas. Ces titres de propriété sont authentiques, parce qu’elle a quatre numéro d’identité. Ce jour-là, mes yeux ont réellement jailli de leurs orbites, et ça m’a pris un moment pour les remettre en place. Apparemment, les soi-disant « autorités compétentes » n’avaient rien à déclarer au sujet de cette anomalie. Personne n’a été tenu responsable, et personne n’a eu d’ennuis. J’ai soudainement ressenti la justice.

Quand les riches « fils de » conduisent leurs voitures de sport, fleurs à la main, sur les campus, à la chasse aux gonzesses, quand le rugissement de leurs moteurs m’explose au visage, je me demande « Pourquoi mon père ne s’appelle-t-il pas Li Gang ? ». Ce cynisme empoisonne tout mon corps et me déprime et me rabaisse. Mais c’est alors que les péripéties de Guo Meimei me revigorent. Quand on n’a pas un père biologique sur qui compter, on peut toujours se tourner vers un « parrain ». Malheureusement, n’est pas parrainé qui veut.

Quand la Croix Rouge chinoise, symbole de l’aide envers les nécessiteux, n’est pas en mesure d’expliquer les anomalies dans sa comptabilité, tandis que Guo Meimei exhibe ses luxueux accessoires , quand les gens ont commencé à critiquer et conspuer Guo Meimei, elle leur a répondu « Elle (parlant d’elle même) a 17 gigas de vidéo sur vous tous ». Soudain, les dirigeants de la Croix Rouge ont déclaré « Personne n’a rien dit ! ». Guo Memei a agi afin de protéger ses intérêts personnels, faisant étalage des nobles qualités d’une nouvelle génération de jeunes. Avec ses jolies cuisses blanches comme neige, elle est montée encore et encore sur les podiums de la Croix Rouge.

La justice ? J’ai toujours souhaité mener une vie juste ; dans une société où chacun est égal, où la loi règne en maître suprême, où les autorités municipales  ne cogne pas sur la populace, où les directeurs d’écoles primaires ne prennent pas des chambres avec leurs élèves, où les docteurs se consacre à soigner leurs patients. Mais je suis né dans cette société, je respire de l’air archi pollué, je mange de la nourriture qui pourrait me tuer du jour au lendemain, je vois le directeur d’un bureau de l’administration du tabac entasser les millions. J’ai envie de demander : voyez-vous la justice ? Croyez-vous que le Rêve Chinois se réalisera ? Peu importe que vous y croyiez ou non, moi j’y crois.

Quand plus de dix milles porcs se sont jetés tous ensemble dans le Huangpu, j’ai réalisé que si je ne croyais pas en cette « justice », je finirai comme eux. Je n’attends que ça, vivre une vie juste, où les fonctionnaires sont honnêtes et font leur boulot, où les businessmen mènent leurs affaires consciencieusement, où les prix des logements ne sont pas si ridiculement élevés, et où les gens vivent dans la joie et la satisfaction.

Il ne reste que quelques minutes avant que j’aie à rendre mon examen, et je sais déjà que cette dissertation a transpercé le gentil petit cœur de mon correcteur. Mets-moi zéro, alors, mon cher correcteur. Je n’ai pas peur, le lait en poudre Sanlu ne m’a pas tué, qu’est-ce qu’un zéro pourrait bien me faire ? N’hésite pas ; mets la note minimum, et va donc te faire une partie de Mahjong...

Outre le fait que le gamin est affreusement lucide, il constitue pour nous un véritable condensé d'actualité contemporaine, très en phase avec l'opinion publique. Les chinois ne gueulent pas trop (quoique...), mais ils n'en pensent pas moins.

Vous n'avez probablement pas tout saisi. Je vais donc vous donner un coup de main.

... sa liberté de penser

Qui est Frère Montres ?

C'est Zhou Jiugeng, directeur du bureau de la propriété foncière à Nankin. Au départ, il a attiré l'attention sur lui à cause de ses cigarettes. Des gens observateurs ont noté qu'il fumait des Zhizhun, à presque 200 € la cartouche. Puis certains ont fini par voir qu'il portait des montres de luxe. Pas une montre. Des montres, différentes à chaque apparition publique. Il s'est même murmuré qu'il conduisait une Cadillac (ce qui ne fut jamais prouvé, cependant).

... sa liberté de penser

Il a été viré, comme ça arrive à peu près à tous les fonctionnaires mis en cause dans ce type d'histoires. Il en va de la réputation du Parti. Laquelle n'est pourtant pas particulièrement brillante.

Qui est Sœur Maisons ?

C'est Li Yunqing, qui avait en réalité été affectueusement baptisée Tati Maisons. C'est la presse qui a découvert, fin 2012, que cette dame de 68 ans possédait pas moins de 24 logements à son nom, pour un montant estimé à 15 millions de yuans (1,9 millions d'€). Même pour un ingénieur, ça fait beaucoup.

- On m'a dit que aviez 24 maisons. - N'importe quoi ! J'en ai que six !

- On m'a dit que aviez 24 maisons. - N'importe quoi ! J'en ai que six !

Elle a été blanchie par la justice. Le gouvernement en a même profité pour promulguer de nouvelles lois de "protection de la vie privée" qui, selon beaucoup de citoyens, protègent les Tontons et Tati Maisons (oui, parce que Li Yunqing n'est qu'un cas parmi bien d'autres). Les patrimoines immobiliers, autrefois accessible à tous, ne sont désormais consultables qu'entre époux.

Un magistrat cache les maisons sous sa robe. Sur son panneau : " Vie privée "

Un magistrat cache les maisons sous sa robe. Sur son panneau : " Vie privée "

Qui est Li Gang ?

C'est le papa de Li Qiming. Grâce à son fils, il est devenu une mégastar. Il est quasiment entré dans le langage courant !

Avant - aprèsAvant - après

Avant - après

Qui est Guo Meimei ?

Une pouffiasse. Vous avez le début de l'histoire ici : http://www.chinamobide.com/2011/07/05/guo-meimei-cree-le-scandale-en-etalant-sa-richesse-sur-internet/

L'histoire a fait beaucoup de bruit en 2011. Ça semblait terminé.

Sauf que.

Un comité indépendant de la Croix Rouge chinoise a décidé de rouvrir l'enquête. Et là, la petite Meimei envoie la sauce : elle aurait donc 17 gigas de vidéo d'elle en train de folâtrer avec de haut dirigeants de la vénérable institution (très proche du pouvoir). Aujourd'hui, on appelle ça des sex tapes.

Wesh gros ! Le Hunan est dans la place.

Wesh gros ! Le Hunan est dans la place.

En réalité, l'affaire pourrait être bien plus complexe qu'elle en a l'air. Mademoiselle Guo pourrait avoir été plus qu'une simple poule de luxe et avoir servi d'intermédiaire dans le cadre d'une autre affaire, probablement de plus grande ampleur. Si c'est vrai et qu'elle continue à faire autant de bruit, je serais pas surpris qu'elle ait rapidement un accident, façon Neil Heywood.

A suivre, comme on dit...

Après, vous vous souvenez probablement des cochons amphibie, car j'avais raconté l'histoire ici-même.

L'histoire des fillettes emmenées dans des chambres d'hôtels par des instituteurs et proviseurs d'école primaire, c'est sordide et c'est pourquoi je n'en ai pas parlé sur ce blog que j'essaie de maintenir un tant soit peu dans la joie et la bonne humeur.

Enfin, le scandale du lait en poudre date de 2008. Mais il a profondément marqué tous les chinois, et par dessus le marché, on a eu droit à un remake au printemps.

Que du bonheur !

Pour en revenir au point de départ de tout ça : dans les films, le correcteur est ému, sa conscience et ses certitudes sont secouées et il va voir un supérieur qui, malgré son air sévère, arrangera le coup.

Dans la réalité, le gamin a pris un zéro. Il a foutu en l'air son examen, ira dans une fac pourrie, aura accès à des boulots en conséquence. Il s'est massacré l'avenir pour écrire ce qu'il avait sur le cœur.

Au championnat de Chine de cojones, ce môme n'est pas loin de l'homme aux sacs plastique.

... sa liberté de penser

Partager cet article

Commenter cet article