Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

À la solde de Pékin

18 Octobre 2013 , Rédigé par Battì Publié dans #Tibet, #Sautman

Traduction pour vos beaux yeux d'un texte publié sur Tibetdoc, un excellent blog consacré au Tibet que j'avais déjà mentionné dans une récente poussée de colère. C'est un petit topo du travail de Barry Sautman, que les indépendantistes tibétains (soutenus par la CIA) qualifient d'agent à la solde de Pékin, voire de chien propagandiste.

Je me suis appliqué, il y a des passages un peu bancals mais j'ai pas trouvé mieux. C'est moi qui ai ajouté les images.

Barry Sautman (à droite)

Barry Sautman (à droite)

Dalai Lama : guerre et paix au Tibet

Les origines du mythe des tibétains « peuple le plus pacifique de la planète »

Dans la première partie du travail de Barry Sautman, Végétarien entre les repas, on découvre la création d’un mythe : « Les tibétains sont le peuple le plus pacifique et non-violent de la Terre ». Sont-ils si différents des autres ?

Ceci est le premier post d’une série à venir, basée sur l’excellent Végétarien entre les repas, le Dalai Lama, la guerre et la violence, de Barry Sautman, qui déconstruit l’idée fausse et pourtant très répandue qui nous fait percevoir le Dalai Lama comme un homme de paix.

Grâce à des années et des années d’information médiatique à sens unique, désormais quand nous pensons au Tibet, à ses habitants et au Dalai Lama, nous les voyons comme de grands amoureux de la paix, et bien évidemment non-violents même face à la répression.

D’où nous vient cette idée ?

Sautman explique que cette image de peuple pacifique a été propagée dès la fin du 19ème siècle par l’Empire Britannique. Les anglais ont eu l’idée d’utiliser cette image de nation de braves gens menacés par les agressifs chinois et russes afin de développer leur influence dans la région. Cette idée a été diffusée par les médias populaires d’alors, comme le roman de James Hilton, Les Horizons perdus (1933) et son adaptation cinématographique.

Ça vous dit quelque chose ? Sept ans au Tibet, non, personne ? La liste de livres et de films récents qui constituent le canon de la prière pour la nature gentille et spirituellement avancée des tibétains est trop longue pour être incluse ici. Mais le résultat en est très visible : depuis le changement de tactique des forces occidentales (on y reviendra dans un futur post) dans les années 80, on a de plus en plus accordé aux tibétains le statut légitime et indiscutable de « peuple gentil et pacifique ».

Mais qu’y a-t-il de vrai dans cette sagesse universellement proclamée ?

Pas grand-chose, c’est ce qu’explique Sautman. Il recense toute une série de batailles, soulèvements, guerres civiles et affrontements, du soulèvement de Batang au 19ème siècle, jusqu’à la guerre civile de 1947, durant laquelle des milliers de moines ont combattu, équipés d’artillerie et de fusils. En 1950, écrit Sautman (en se basant sur le rapport Ford de 1994), l’armée tibétaine comptait 12000 hommes. Ce taux exceptionnel de 1% de la population en armes représente le double de celui des USA en 2004 ! Et que dire de la résistance armée et des soulèvements des années 50 et 60 ? Ça ne ressemble pas beaucoup à l’histoire d’un peuple censé être « le plus pacifique sur Terre », mais plutôt à celle de l’humanité en général. Malheureusement.

La nature violente des récentes émeutes de Lhasa en 2008 nous ramène au point de départ de ce post : les tibétains sont un peuple comme les autres. Gentils dans certaines circonstances, violents dans d’autres. Et notre acceptation générale du mythe selon lequel les tibétains seraient intrinsèquement différents des autres peuples de par leur nature pacifique est ce qu’elle est : une légende créée pour servir un dessein.

Pour en savoir plus sur ce dessein, restez avec nous pour la suite de cette série !

Où est Charlie ?

Où est Charlie ?

Partager cet article

Commenter cet article