Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

Arrivée d'air chaud

22 Janvier 2014 , Rédigé par Battì Publié dans #Bangkok, #Thaïlande, #Manifestation

Tout à mon excitation, j'en ai oublié de sacrifier à la politesse la plus élémentaire. Je suis parti sans dire au revoir. Carrément. Non mais je veux dire, où va-t-on, quoi ?

Lecteur adoré, je te fais un gros poutou et je m'en vais profiter de mon mois de congé payé sous les tropiques.

Hein ? Est-ce de la jalousie que je décèle dans ce léger plissement des yeux ?

T'avais qu'à faire prof.

Arrivée d'air chaud

Et puis pendant que j'y suis, puisque j'ai rien à glander pour l'instant, je peux même vous raconter ma première journée Krungthep Mahanakorn machin bidule.

Parce qu'à ceux qui s'inquiétaient de la situation politique en Thaïlande, je rétorquais : " Vas-y, c'est bon, qu'est-ce que ça risque dès lors que tu restes éloigné des cortèges des manifs ? C'est pas la guerre civile, non plus !"

Et donc hier matin, j'ai tout de suite tracé vers Siam Square (en taxi moto, yahaaaa !), pour y acheter toutes les petites conneries qu'on oublie en faisant sa valise. Je me suis fait déposer à côté du centre commercial MBK (pour ceux qui connaissent). Et là, j'ai bien vu que quelque chose clochait. Trop de soldats, trop de trafic, trop de banderoles. Ayant mis pied à terre, j'ai immédiatement traversé l'énorme mall pour surgir sur l'avenue côté est.

Et là, paf : sifflets, sono, drapeaux, tentes... En plein milieu des manifestants anti Thaksin. La curiosité l'emporte, et tandis que je déambule, mon autre moi, dans ma tête, me dit "Impec ! Une heure que tu es en ville, et tu es pile là où tu disais qu'il fallait pas aller."

(la résolution des photos est très mauvaise, et j'ignore pourquoi)

On aperçoit un écran géant, à droite.

On aperçoit un écran géant, à droite.

L'énorme arche, au milieu, c'est un préau érigé pour mettre les manifestants à l'abri du soleil et de la pluie.

La sono, comme dans toutes les manifs, est bien trop forte, et crache des extraits des journaux télévisés.

Mais surtout, ce qui frappe, c'est l'omniprésence des commerçants. Des dizaines, peut-être des centaines de stands vendent t-shirts, chapeaux, sifflets et autres accessoires bleu-blanc-rouge. Ça fait plus foire que mouvement anti-gouvernemental.

Arrivée d'air chaud
Arrivée d'air chaud
Arrivée d'air chaud
Arrivée d'air chaud

Le mot d'ordre : "Shut down Bangkok, restart Thailand".

Éteindre Bangkok, redémarrer la Thaïlande.

Un genre de reboot national, quoi.

A l'ombre, les centaines de tentes abritent les manifestants. Mais au vu de la situation, il ne s'agit pas tant d'une manif que d'un piquet de grève géant. On s'installe et on bloque.

Arrivée d'air chaud
Arrivée d'air chaud
Arrivée d'air chaud

D'ailleurs, il est incontestable que la densité de manifestants est très faible. Je ne sais pas combien ils sont, peut-être deux mille, à vu de nez. Mais ils bloquent un énorme morceau de quartier central, ainsi que deux avenues et un carrefour stratégique. Du beau boulot.

Devant la scène. Pas grand-monde à cause du soleil.

Devant la scène. Pas grand-monde à cause du soleil.

Et sous la voie du train aérien, c'est carrément relax : une avenue maintenant piétonne, des commerçants de rue, des restaus de rue où mangent des gens "normaux", qui bossent dans le coin.

Arrivée d'air chaud

Et pour une somme modique, on peut vous peindre de jolis drapeaux thaïlandais, où vous voulez. Comme à la Coupe du Monde de Football.

Represent !

Represent !

Arrivée d'air chaud
Arrivée d'air chaud

Je suis repassé en soirée, vers 18 h. C'était bien plus animé. Un gars qui cause sur la scène, des gens qui applaudissent, et toujours autant de touristes.

Soutenez la révolution, faites-vous masser les pieds.
Soutenez la révolution, faites-vous masser les pieds.

Soutenez la révolution, faites-vous masser les pieds.

Vu comme ça, ça peut sembler rigolo. Mais côté commerces, c'est la misère. A l'intérieur du MBK, des rideaux baissés, des allées vides, des commerçants à l'agonie, des clients qui en profitent et se comportent en gros connards (vu de mes yeux).

J'ai acheté une merdouille à 100 baths dans une échoppe d'électronique, sans trop marchander, j'ai cru que le type allait me serrer dans ses bras.

Aujourd'hui, pour me faire une meilleure idée, je vais aller dans des coins plus touristiques, histoire de vérifier si c'est tout Bangkok qui est devenu tristoune, ou si c'est seulement le MBK.

Pour ce qui est du blog, peut-être que j'écrirais à nouveau pendant mon séjour. Je ne sais pas. Il faudra que deux conditions soient remplies :

- que j'aie des choses intéressantes à raconter ou montrer.

- que j'en aie envie : ceci est un blog à 0 % de contrainte.

Peut-être à bientôt. Sinon, je vous retrouve à la rentrée (officiellement le 18 février).

Portez-vous bien, petits fripons !

Partager cet article

Commenter cet article