Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

Le mirage des Trois Gorges

28 Juin 2014 , Rédigé par Battì Publié dans #Visites, #Barrage des Trois Gorges, #Hubei, #Yangtze

Bon, les lecteurs sagaces l'auront deviné à la lecture de mon billet précédent. Le but du voyage, c'était d'aller voir le fameux barrage. Champion du monde de production électrique.

Comment vous décrire l'excitation qui montait en moi ? J'étais un petit garçon à nouveau.

Le mirage des Trois Gorges

Départ au petit matin, entrée sur le site sévèrement gardé.

Tout est neuf, tout est propre. Pas un faux pli sur les chemises des soldats en faction. De la verdure partout. Et le bus enchaine les lacets, et le bus s'élève, on se croirait au Tourmalet.

Le bus s'arrête sur un parking et les visiteurs sont invités à se rendre dans un petit bâtiment où chacun pourra acheter des souvenirs. Mais pas seulement : il y a aussi une maquette top wanegaine du barrage qui est l'occasion pour le guide de donner des infos techniques.

Le mirage des Trois Gorges

Alors je vais flinguer le suspens tout de suite et donner un conseil à tous ceux qui envisagent de se rendre un jour sur place : regardez-la bien, cette maquette. Parce que c'est là que vous verrez le mieux le barrage.

Hé ouais...

Grâce à une série d'escalators, on grimpe sur la butte qui surplombe le colossal ouvrage.

Le mirage des Trois Gorges

Et une fois là haut, le petit garçon qui venait de s'éveiller en moi laissa instantanément place au vieux con aigri que je deviens tranquillement, lune après lune.

On voit mes couilles pas grand chose.

Voilà.

Voilà.

Je suis allé trouver la guide, en essayant de ne pas avoir l'air d'un mec déçu.

- Excusez-moi, la visibilité est souvent aussi mauvaise ? Ou j'ai juste la super guigne ?

- C'est toujours comme ça. Sur une année, il n'y a que quelques journées de temps clair, généralement en juillet-août. Mais c'est vraiment rare.

- Ha. Bon.

- C'était une région brumeuse déjà à l'origine. Mais le réservoir a encore augmenté le phénomène.

Alors ont été construits une fontaine pour faire joli et un belvédère "pour aller plus haut", comme le chante Tina Arena.

En réparation, la fontaine.

En réparation, la fontaine.

On passe de l'autre côté de la butte pour aller admirer les écluses.

Au moins elles sont visibles, elles.

"Mouais... Mao il aurait fait ça mieux".

"Mouais... Mao il aurait fait ça mieux".

Pour une modique somme, on peut embarquer dans une voiture électrique et se rapprocher du géant.

Le mirage des Trois Gorges
Le mirage des Trois Gorges

Le bon côté, c'est qu'il y a ici des marchands de nougat chinois, et c'est succulent. Moins sucré que le nôtre, délicieux.

On reprend le bus pour aller admirer l'ouvrage côté face.

Ça sera guère mieux.

Le mirage des Trois Gorges

On voit fifre. Une silhouette dans la brume, un genre de monstre du Loch Ness version titanesque et fossilisée.

Le niveau du réservoir est bas, il n'y pas d'écoulement par les turbines. C'est silencieux, paisible. A condition de faire fi des hordes de cons qui semblent ne pas pouvoir communiquer autrement qu'en braillant. Mais ils se parlent comme ça à la maison ou c'est dû à l'excitation du lieu ?

Le mirage des Trois Gorges

Et ce sera tout.

On traverse un parc à thème qui retrace l'histoire du projet. Il y a des pièces mécaniques (monstrueuses) posées de-ci de-là, entre les massifs de fleurs. On ne sait pas de quoi il s'agit. Je n'ai vu qu'une plaque explicative, qui indiquait le prix d'un de ces énormes camions servant à charrier les remblais.

Il y a une salle de projection qui montre un film retraçant l'avancée des travaux. Dix minutes de plans montrant des camions déversant des remblais dans le Yang Tse sur la bande originale de 1492.

On rentre.

Je suis tristoune.

Mais une belle surprise m'attend.

Partager cet article

Commenter cet article