Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

Seul, seul, seul, le sel y mène

24 Novembre 2014 , Rédigé par Battì Publié dans #Actu, #Sel, #Monopole, #Loi du Marché, #David Martial

Seul, seul, seul, le sel y mène

L'économie de la Chine communiste repose sur des piliers inébranlables : les entreprises d'état. Des machines colossales qui obéissent au doigt et à l’œil au Parti. Enfin au gouvernement.

L'état fixe les salaires, fixe les prix, attribue les marchés : ça fonctionne comme une horloge. Et ça défonce la gueule des plus grands groupes internationaux qui hurlent à la concurrence déloyale (un beau pléonasme, ça, mais passons).

Ils hurlent à la concurrence déloyale, mais ils finissent par la fermer et entrer dans des joint-ventures pour accéder au colossal marché chinois. Ouais parce que bon, la concurrence saine et non-faussée, au bout d'un moment, ça va hein, on a des stocks à écouler et des dividendes à verser, donc bon.

Bref, je m'égare.

Par le biais de ces entreprises d'état, la Chine maintient, ô sacrilège abominable ! des monopoles !

(musique terrifiante, hurlement de loup, cris de panique, fausses couches)

Seul, seul, seul, le sel y mène

Hé bien réjouis-toi camarade capitaliste ! La Chine vient d'abolir l'un de ces plus vieux monopoles : celui du sel.

Oui. Le sel était un monopole d'état, depuis 2600 ans (avec des interruptions, mais jamais bien longues). Premier marché mondial du sel de table, coco, il faut pas déconner avec ça.

Bah c'est fini, le sel va passer sous le régime de la loi du Marché.

(cris de joie, confettis, serpentins, trompettes célestes)

Or s'il existe en ce bas monde une population qui voit bien concrètement la différence entre le public et le privé, c'est la population noiche.

(pour les vieux schnocks : "noiche", c'est chinois en verlan, je déteste ce mot mais c'est bien que vous en connaissiez l'existence)

- Ça veut dire qu'on va gagner plus ? - Non, non. Clairement, non.

- Ça veut dire qu'on va gagner plus ? - Non, non. Clairement, non.

Pour la connaitre, ils la connaissent, la différence.

Le Grand bond en avant, la Révolution culturelle, ils les ont vus, vécus. Ils sont encore là, les protagonistes, les victimes, les spectateurs. C'était hier.

Alors quand la nouvelle a été diffusées par les médias publics (sanglots, fleuves de sang, pluies de météorites), les internautes ont réagi en chinois, c'est-à-dire en braves couillons qui vont de scandales sanitaires en scandales alimentaires depuis des années.

Mais oui, souvenez-vous, je vous ai déjà causé du lait en poudre fatal, des cochons fluviaux ou encore du Coca au chlore (qui ne sont que des exemples parmi d'autres).

Petit florilège de réactions fort sensées sur Weibo :

Super, comme ça on aura bientôt des cas de sel industriel mélangé au sel de table.

http://www.foreignpolicy.com/articles/2014/11/20/thank_you_china_salt_monopoly_food_safety

Bientôt dans la presse, des articles titrés "Comment faire la différence entre sel industriel et sel comestible".

http://www.foreignpolicy.com/articles/2014/11/20/thank_you_china_salt_monopoly_food_safety

J'ai eu l'occasion d’ingurgiter des tas de produits contrefaits ; je vais désormais pouvoir tester le sel.

http://www.foreignpolicy.com/articles/2014/11/20/thank_you_china_salt_monopoly_food_safety

... et beaucoup d'autres du même tonneau.

Jusqu'à cette conclusion quelque peu désespérée :

N'y a-t-il donc aucun moyen de se débarrasser des défauts des monopoles tout en en conservant les avantages ?

http://www.foreignpolicy.com/articles/2014/11/20/thank_you_china_salt_monopoly_food_safety

Ne vous inquiétez pas, c'est pour justifier le titre tout pourri.

Partager cet article

Commenter cet article