Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

IRL

9 Décembre 2014 , Rédigé par Battì Publié dans #MaLife, #L'université du Guangxi, #FLE

C'est bien, le bois. C'est chaleureux, c'est convivial.

C'est bien, le bois. C'est chaleureux, c'est convivial.

Je continue avec la relation de ma nouvelle expérience professionnelle.

J'avais commencé ici. La suite :

Chaptaire Tou : la réalité

Alors quid de la fac du projet 211 ? Bah c’est juste une fac. Je m'attendais un peu à ce qu'il y ait un tramway, une piscine olympique et une réplique du LHC. Mais en fait non. Comme ça en circulant sur le campus, vous ne verriez pas de grosse différence avec l’université de Yangzhou. A vrai dire, ça serait même plutôt moins bien.

Le sixième cercle de l'enfer

Le sixième cercle de l'enfer

C’est visible : le site a été bâti petit à petit sans la moindre vision d’ensemble. On croirait un puzzle de bâtiments mal foutus, agencés en dépit du bon sens. J’avais jamais vu des trottoirs aussi casse-gueule.

Les classes sont toujours trop grandes, avec les mêmes bancs fixes qui s’insupportaient tant. J’ai retrouvé les ordinateurs pouraves et les installations audio médiocres, voire mauvaises.

IRL

En bonus par rapport à Yangzhou, on a des salles hyper bruyantes, que ce soit à cause de la circulation automobile (oui, sur le campus, oui : des centaines/milliers de familles d'employés sont logées sur le campus) ou à cause des divers chantiers en cours. Je n’exagère pas, il y a certains cours où on est aux limites du supportable en terme de nuisances sonores. Quand la disqueuse s’arrête, c’est le camion poubelle qui passe, sans oublier les alarmes permanentes des vélos électriques ou encore les connards de profs qui utilisent des documents audio à 130 décibels. Pourquoi moi j’ai toujours des salles où je peux pas mettre le son à fond ? En représailles. C’est pas juste.

Alors ? On n'est pas bien, là ?

Alors ? On n'est pas bien, là ?

J’en avais marre de la nonchalance des étudiants. Bah c’est pas mieux ici : on se pointe en retard, on bouffe en classe, on n'a jamais envie de bosser, on gueule dans les couloirs tels des ados demeurés... Ça n’a l’air de déranger personne. Parfois je me demande si c’est moi qui suis fou.

Je ne voulais plus travailler sous les ordres d’un chef qui a fait ses études dans les années 60 et n’a depuis renouvelé aucun de ses savoirs, ni aucune de ses méthodes. Ici c’est encore mieux : mon boss ne parle pas un mot de français. Ha ha ! Comme c’est cocasse ! Le programme de français est dirigé par un prof d’anglais. Ho les discussions productives que nous avons ! Nos réunions valent le détour. Je me demande si le département de mathématiques est dirigé par un paléontologue.

IRL

Mais tous ces travers ne sont rien à côté du véritable cancer de mon poste.

Je vous raconterai ça la prochaine fois, parce que ça demande des explications quant au système local.

Peace out !

Partager cet article

Commenter cet article