Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

Third World Child

28 Juillet 2016 , Rédigé par Battì Publié dans #Rwanda, #Kigali, #Mondialisation, #Poubelles, #Nostalgie

Third World Child

Tranquillement installé dans ma chambre, je me suis dit que ça valait le coup de se fendre d’un petit billet à chaud, dès mon arrivée au Rwanda. L’exercice est d’autant plus amusant que je suis arrivé à la nuit tombée. Pas de plan large, pas de vue d’ensemble. Le petit bout de la lorgnette.

C’est idiot, mais l’élément qui prédomine, qui me submerge, c’est la mondialisation. Je rentre de quatre années en Chine, et à peine arrivé au Rwanda je reconnais partout le made in China. Le carrelage inimitable, les gaines électriques, les rambardes métalliques, les portes et leur poignée, les moustiquaires coulissantes aux fenêtres. Et même la bonde de l’évier de la salle de bain ! Tout ça, j’ai vécu dedans pendant des années, c’était mon quotidien chinois. Et ben là, paf ! à Kigali, je retrouve le tout. Je sais que ça doit pas évoquer grand-chose au lecteur qui n’est jamais allé en Chine, mais pour moi, ce fut comme une torgnole mémorielle.

Autrement, j’ai ressenti une autre grosse bouffée de nostalgie avec l’odeur inoubliable des poubelles brulées, celle qui a baigné mon séjour indien. Je mets les pieds au Rwanda pour la première fois et j’ai l’impression de rentrer à la maison.

Pour le reste, j’ai surtout pu apprécier une conduite routière très relax. Pas l’hystérie chinoise, pas la frénésie indienne, autre chose. Il faudra que j’analyse ça dans les jours qui viennent.

Je m’excuse, ça fait gros lourdaud, mais j’ai déjà croisé moult gent féminine aux proportions en tous points remarquables. Avec minois à l’avenant. Bah oui, pardon, je ne suis qu’un homme.

Sinon du français par-ci par-là, les quelques personnes que j’ai croisées le baragouinent un petit peu, voire le parlent franchement bien.

J’ai gouté une brochette de poulet, c’était méga-bon, et pas épicé.

Il fait chaud mais trop.

Putain, je suis en Afrique, gros ! Tu me crois si je te dis qu’une douce euphorie me gagne ?

Partager cet article

Commenter cet article