Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

Hey ho, hey ho, on se crame le cerveau !

20 Juin 2012 , Rédigé par Battì Publié dans #L'université de Yangzhou, #Révisions, #Par coeur

Derniers examens la semaine prochaine.

De nombreuses salles sont mises à la disposition des étudiants.

 

Juin 1734

 

 

Partant du principe que plus on révise plus on a de bonnes notes, certains s'assomment littéralement de boulot.

 

Juin 1735

 

Anecdote : un soir une étudiante vient me voir, elle a un souci avec un texte. Il y a un passage qu'elle ne comprend pas. Je zieute, effectivement c'est ardu. Alors j'explique pourquoi c'est pas évident à comprendre. "Là tu vois, le pronom, gnagna... ponctuation... proposition subordonnée... gnagna..."

Son visage s'éclaire, elle a compris. "Ha d'accord, okay, maintenant c'est clair". Voilà, merci, de rien, tout ça.

 

Pouf pouf.

Le lendemain (et j'insiste : le lendemain, 24 heures plus tard), la même étudiante se pointe à nouveau. "Coucou, c'est moi, j'ai un problème avec un texte, il y a un passage que je comprends pas". Alors je m'installe. J'arrête Ace of Spades, je mets mes demi-lunes et lui dis de faire voir son texte, et le passage récalcitrant.

Je marque un temps d'arrêt.

C'est le même qu'hier.

"Je... heu... c'est une blague ?"

Elle ne comprend pas. Elle insiste. "Regarde, là je comprends pas... gnagna... le pronom... et pis la subordonnée..."

- Non, je veux dire, heu... tu es sérieuse ?

- Bah oui, regarde c'est un paragraphe très confus.

- Voilà, donc tu ne ne plaisantes pas.

- Non, pourquoi ?

 

J'ai ainsi pu constater que les étudiants peuvent s'infliger des volumes horaires tels que leur cerveau ne mémorise strictement plus RIEN en fin de journée.

J'ai essayé de faire de la prévention en classe. J'ai expliqué. J'ai utilisé une jolie métaphore. Mais je doute que ça ait eu beaucoup d'effet.

J'ai aussi tenté de leur dire de ne pas réviser la veille d'une épreuve. "Vous travaillez énormément, vous stressez beaucoup, alors prenez la dernière journée avant l'examen pour faire autre chose : pas de livre, pas de français, pas de BU. Allez faire les magasins, mater un blockbuster en 3D, ce que vous voulez, mais lâchez la pression. Retrouvez votre petit copain et prenez un chambre d'hotel" (toussotements, ricanements, regards offusqués). M'a-t-on compris ? J'en doute.

 

A la bibliothèque :

 

Juin 1747

 

Juin 1750

 

 

Au rez de chaussée, il y a un grande salle dépourvue de tables. Les étudiants y viennt pour préparer les oraux. Ça marmonne dans tous les coins, ça psalmodie dans toutes les matières.

 

Juin 1744

 

Pour comprendre cette pratique, il faut savoir que nombre d'oraux consistent simplement en une récitation pure et simple. La par coeur, y a que ça de vrai. Y compris en langues vivantes. Si.

 

Juin 1745

 

A l'heure des repas, on file chercher à manger en vitesse, les affaires restent en plan.

 

Juin 1751

 

 

Juin 1753

 

Sur ce, je retourne à mes corrections.

Partager cet article

Commenter cet article

Welyna 04/11/2014 14:47

oh le par coeur en langue vivante ! Je n'ai jamais fait autant paniquer mes étudiants chinois que le jour où je leur a annoncé que l'examen de C.O. porterait sur des documents non étudiés en cours (mais en reprenant les mêmes thèmes).
Merci de votre blog très intéressant, sur lequel je suis tombée par hasard.

Battì 05/11/2014 05:59

Merci pour le compliment.
Sur le par cœur, à l'époque j'ai écrit ce texte, je n'avais pas encore bien pris la mesure de l'ampleur du phénomène. Ça se pratique même en Master.