Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

Gros sous, belle histoire ?

3 Octobre 2013 , Rédigé par Battì Publié dans #Foot, #Actu, #Ligue des champions, #Marcello Lippi

Il l'a fait.

Alors que Guangzhou caracole en tête de la CSL 2013 (une défaite en 25 matches !), les hommes de Marcello Lippi ont su reproduire leurs prouesses sur la scène continentale.

Gros sous, belle histoire ?Gros sous, belle histoire ?Gros sous, belle histoire ?
Gros sous, belle histoire ?

Hier soir, ils ont battu les infâmes japonais de Kashiwa 4 à 0 (le résumé ici), après avoir gagné le match aller là-bas 4 à 1. Ils sont en finale de leur ligue des champions. Ils disputeront les finales aller-retour le 25 octobre et le 8 novembre, contre Séoul qui a éliminé les iraniens d'Esteghlal (un club de Téhéran qui jouait hier soir devant 90 000 personnes).

Sur la phase finale, soit six matches, les cantonnais ont marqué 19 buts, et n'en ont encaissé que 3, emmenés par un duo d'attaque pour le moins flamboyant.

D'un côté, Luiz Guilherme da Conceição Silva, 27 ans. Comme son nom l'indique, il est brésilien, et pour faire court, on l'appelle Muriqui. Jamais passé en Europe, il est acheté 4 millions d'euros par Canton en 2010, alors que l'équipe évolue en deuxième division. Il plante but sur but. Sept sur la phase finale de cette ligue des champions. Dans le monde glacial des cachetonneurs du foot chinois, il dispute sa quatrième saison sous le maillot rouge : c'est une fidélité extrêmement rare.

Le buteur rédempteur.

Le buteur rédempteur.

L'autre killer de l'équipe, c'est Dario Conca, un nabot argentin de 30 ans. Formé à River Plate, il fait une carrière pas vilaine au Brésil, joue à Fluminense, dispute la Copa Libertadores, il est champion du Brésil et élu meilleur joueur du championnat à deux reprises... il fait partie des meilleurs attaquants d'Amérique Latine.

A l'été 2011, Guangzhou casse la tire-lire et l'achète plus de 7 millions d'euros. En plus du transfert proprement dit, le club lui offre un contrat en or massif. Conca serait un des joueurs les mieux payés au monde (plus de 900 000 euros nets par mois).

Mais du haut de son mètre soixante-sept, Conca n'est pas venu pantoufler. Il reste un sportif, un compétiteur et un professionnel : il fait exploser les compteurs. Sur cette phase finale, toujours en six matches donc, il a aligné 6 buts et 5 passes décisives.

Il aimerait bien retourner au Brésil, mais pour l'instant, aucun club n'est en mesure de se le payer.

" Je vous aime ! J'aime Guangzhou ! J'aime le président-sponsor ! J'aime la fiscalité chinoise ! "

" Je vous aime ! J'aime Guangzhou ! J'aime le président-sponsor ! J'aime la fiscalité chinoise ! "

Et puis il y a un troisième larron, un autre brésilien : Elkeson, 24 ans. Mais lui, c'est un petit nouveau. Joueur cadre de Botafogo, il est vendu aux chinois pour 6 petits millions d'euros. Et à peine débarqué, il a mitraillé les gardiens de but adverses. Il en est à 23 buts en championnat. Malheureusement, il a raté la majeure partie de la compétition asiatique pour cause de quotas de joueurs étrangers...

" Le club de mon cœur, oui, parfaitement. "

" Le club de mon cœur, oui, parfaitement. "

Étrangement, la cohorte chinoise du club n'est que peu représentée en équipe nationale. De mémoire, deux ou trois titulaires. Bizarre pour un club double champion en titre qui écrase à ce point la compétition... Et pour être complet au sujet des étrangers, il faut ajouter que le défenseur international du club, Young-Gwon Kim, jouera cette finale contre ses compatriotes.

" Pardon, ô Corée, ô ma patrie, mais j'ai une prime de victoire à aller chercher... "

" Pardon, ô Corée, ô ma patrie, mais j'ai une prime de victoire à aller chercher... "

Mine de rien, cette qualification est un petit exploit sportif. La Chine n'avait plus été représentée en finale de ligue des champions asiatique depuis 1998 : Dalian s'était incliné aux tirs au but contre Pohang. Quant à une victoire finale, la dernière et unique eut lieu en 1990 (celle du Liaoning FC).

La Corée du sud règne sur cette compétition : dix victoires en tout, dont trois sur les quatre dernières éditions. La horde du Guangdong saura-t-elle bousculer ce souverain encombrant ?

En tout cas, il y a un italien qui en a la ferme intention.

" Vous nous avez donné la pasta, zé vais vous donner la coupe des sampions "

" Vous nous avez donné la pasta, zé vais vous donner la coupe des sampions "

Partager cet article

Commenter cet article