Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

Minute littéraire

1 Août 2013 , Rédigé par Battì Publié dans #Littérature, #Jérôme Ferrari, #Prix Goncourt

Pour une fois, une seule toute petite fois, je ne vais pas causer de la Chine aux français. Je ne vais pas causer de la France aux chinois.

Juste aujourd'hui, je vais faire une toute pitite parenthèse hors-sujet.

Parce que en fait, vous le savez peut-être, l'an passé, le prestigieux Prix Goncourt a été attribué à un écrivain corse, Jérôme Ferrari, pour son roman Le Sermon sur la chute de Rome.

Minute littéraire

Alors moi à l'époque, ça m'avait pas fait un grand effet. Pour deux raisons.

D'abord, on m'a toujours dit (sans que je prenne jamais la peine de vérifier par moi-même) que les Goncourt étaient systématiquement des bouquins pourraves, bons à offrir à des gens qu'on aime pas spécialement quand on est à court d'idées.

Et puis sur le moment, j'ai immédiatement été gavé par les célébrations corsisantes, à base de "et qui on est ?", chanté sur l'air des lampions comme après la victoire d'une équipe de foot. Par des gens qui lisent au mieux un bouquin par olympiade. Je dis bien "au mieux"... Sans parler des gens liseurs de livres qui eux sont partis dans leur délire mégalo "moi ça fait des années que je le connais et que je le conseille, comment j'étais j'étais trop en avance sur mon temps, et en fait c'est pas son meilleur..."

Le bouquin de Ferrari, donc, très peu pour moi. J'ai fait ma vie littéraire.

Minute littéraire
Minute littéraire
Minute littéraire

Et puis là, la semaine dernière, je passe une nuit chez ma petite sœur. Je vois le bouquin dans la bibliothèque.

- Il est bien ?

- Franchement ouais, c'est un truc à lire pour les gens comme nous.

- Comme nous comment ?

- Ceux qui ont vécu la vraie vie au village, à l'année.

Et là je me suis dit "bof, après tout". Je lui ai emprunté. Elle l'a noté dans un carnet. J'ai pas aimé ça. Et elle a refermé le carnet avec sa bouche pincée. Ça va putain ! ils sont pas perdus ses bouquins, ils sont chez moi !

Ma main droite pour emprunter, ma main gauche pour rendre.

Ma main droite pour emprunter, ma main gauche pour rendre.

Verdict ? Je l'ai lu en 48 heures, en me forçant à ne pas faire une nuit blanche car je savais pertinemment que j'allais regretter pendant plusieurs jours.

C'est un très bon bouquin. Vraiment. C'est un texte que j'aurais pu écrire plus jeune (kof kof !), si j'avais eu le talent pour. Parce que c'est un bouquin qui raconte la vie qu'on a connue, nous, les paesani génération X.

A plusieurs reprises, j'ai ressenti cette sensation assez jouissive, cette impression que quelqu'un mettait des mots sur des trucs qu'on avait simplement ressentis sans jamais réussir à les formuler. Sans même avoir essayé, d'ailleurs. Je l'ai lu un peu vite, et je regrette : j'aurais voulu surligner un paquet de phrases ou de paragraphes.

J'avais entendu une fois une critique dire à la télé que le style de Ferrari était "ampoulé et prétentieux". Ma méfiance sur ce point s'est vite envolée. Le mec écrit magnifiquement. Et si mettre plusieurs verbes dans une phrase c'est ampoulé, alors effectivement, le style est ampoulé. Et donc prétentieux. La critique en question, je sais pas ce qu'elle avait lu jusque là... elle s'en était peut-être tenue à la Bibliothèque Verte, je sais pas...

Non, plutôt la Rose. Il y a des bons bouquins dans la Verte.

Non, plutôt la Rose. Il y a des bons bouquins dans la Verte.

Tout ça pour dire que j'ai lu mon premier livre vainqueur du Goncourt, qu'il a été écrit par un corse, que ça se passe en Corse, et que c'est excellent et que je le recommande vivement, même aux pas corses qui ont jamais vécu dans un village et qui sont pas issus de la génération X.

Partager cet article

Commenter cet article

justine 02/08/2013 02:43

tu sais ce qu'elle te dit la pince??? :-) (qu'elle a trop prêté de bons livres sans les revoir... Mais pas forecement à toi mon frère, ce qui ne me dérangera jamais au fond)

JUJU la PINCE 02/08/2013 14:49

Je n'ai pas noté dans un carnet en plus, est-ce-ainsi que tu me perçois ô infâme? Je remarque qu'a chaque fois que tu me cites, c'est pour me dénigrer, espèce d'ingrat. Donc tu pourras faire un billet evoquant ma très grande susceptibilité un de ces quatre.

Battì 02/08/2013 11:45

Surtout que je viens à l'instant de faire le check-up de ma bibille, et je n'y vois que des livres qui m'appartiennent. C'était juste pour le plaisir de me décrire en voleur alors que je suis un ange.