Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

Orléans

21 Juillet 2013 , Rédigé par Battì Publié dans #France, #Orléans, #Archi - urbanisme, #Loire, #Tramway, #Pavés

A mon retour en France, et avant de m'envoler vers mes terres australes, j'ai un petit peu vadrouillé sur le continent. Et pris quelques photos, destinées aux lecteurs chinois de ce blog. Oui, il y en a.

Premier stop : Orléans, Loiret (45)

Nichée dans le Val de Loire, lui-même récemment entré au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, Orléans est une ville à forte charge historique. C'est principalement dû au fait que c'est la première ville à avoir libérée de l'occupation anglaise, grâce à Jeanne d'Arc. Et Jeanne d'Arc, c'est une figure de l'identité nationale française. À tel point que l'extrême droite la vénère. Jeanne d'Arc c'est la France, c'est la Chrétienté, c'est la pureté absolue, c'est la supériorité de nous sur les autres.

La ville cultive le lien avec ce grand nom de l'Histoire de France. Il y a une fête de Jeanne d'Arc. Il y a une statue de Jeanne d'Arc. A tel point qu'il y a même des gens qui pensent qu'Orléans est la ville natale de Jeanne d'Arc (alors qu'elle est originaire de l'est de la France).

Pas de chance, la place du Martroi est actuellement en travaux...

Pas de chance, la place du Martroi est actuellement en travaux...

Longtemps, Orléans a été une ville très laide, très triste. Mais depuis quelques années, comme la plupart des villes de France, la municipalité a lancé d'importants travaux d'embellissement. Les façades, autrefois grises ou noires, ont été nettoyées. La ville a retrouvé la blancheur caractéristique de la pierre locale.

Orléans

Que sont ces câbles, tendus dans le ciel ? C'est rigolo, je vous explique.

Orléans suit la tendance nationale : le tramway. Ces petits trains urbains sont apparus au 19ème siècle, mais se sont surtout développés pendant la première moitié du 20ème siècle. Puis la voiture a fait son apparition, et toutes les villes de France ont supprimé leur tramway. Il fallait faire de la place à la nouveauté. L'avenir, c'était l'automobile.

Mais voilà : les voitures sont devenues trop nombreuses, trop polluantes, trop bruyantes. Le prix de l'essence n'a jamais cessé d'augmenter. Les places de stationnement sont devenues de plus en plus rares, de plus en plus chères... Résultat ? Après avoir détruit les tramways, les villes françaises reconstruisent des tramways.

Oui, ha ha, oui.

Au fond, la cathédrâle. Sans doute une des plus belles de France.

Au fond, la cathédrâle. Sans doute une des plus belles de France.

Alors dans l'absolu, on peut considérer que c'est bien de reconnaitre ses erreurs. Et tant pis pour les milliards d'euros que ça coûte. La France n'a plus un sou, mais ça ne perturbe pas outre-mesure son train de vie.

Beaucoup plus amusant est l'autre grande mode urbaine nationale, la résurrection d'un véritable dinosaure de la voie carrossable, j'ai nommé le pavé !

Orléans

Sachez qu'une rue pavée, c'est le summum du chic, de la classe. Pourquoi ? Parce que ça coute cher, pardi ! Et puis c'est beau, et ça fait ancien. Le top, quoi.

Il faut savoir que le pavé, c'est une technique qui a plus de 2000 ans. Les Romains faisaient leurs routes comme ça. Pas franchement une nouveauté... En voiture, ça fait un bruit infernal. Et si vous êtes en vélo, c'est tout simplement un cauchemar. A vrai dire, même à pied, la probabilité de gamelle n'est pas négligeable.

Nos anciens, avec l'arrivée du goudron, se sont dépêchés de supprimer ce revêtement insupportable pour le remplacer par des billards goudronnés, plats, silencieux, confortables, propres. Un vrai bonheur !

Les pauvres, s'ils nous voyaient aujourd'hui...

Mais bon, il faut reconnaitre que d'un point de vue esthétique, ça donne de très beaux quartiers, surtout quand ils sont réservés aux piétons.

Orléans

Une des petites choses qui me manquent en Chine : les bouquinistes. Ces gens achètent de vieux livres d'occasion, et les revendent à des prix très bas. L'Énéide pour un euro, ça fait plaisir.

Un paradis pour les amateurs de Gérard de Villiers.

Un paradis pour les amateurs de Gérard de Villiers.

Les gens viennent de loin pour voir la cathédrale. Tout le quartier était auparavant affreux. Mais en poussant les voitures hors du centre ville, la ville a pu aménager les lieux en donnant la priorité au confort des piétons et donc des touristes. C'est réussi, il faut l'admettre.

Orléans

Le prix à payer ? Pas ou peu de stationnement (payant), des sens uniques partout, des heures de pointe abominables. C'est un choix à faire.

Autour de la cathédrale, les quartiers fleurent bon le catholicisme, voire le royalisme.

Vitrine d'un photographe.

Vitrine d'un photographe.

La population est blanche, et plutôt aisée, voire carrément riche. C'est ce qu'on appelle un centre ville très bourgeois (étymologiquement, c'est un beau pléonasme).

Avant, le mot "bourgeois" désignait tout simplement les gens qui habitaient en ville. Mais aujourd'hui, le mot a pris une connotation sociale et désigne les gens ou les familles qui ont de l'argent depuis longtemps, et sont plutôt éduqués. A différencier des "nouveaux riches", qualificatif particulièrement négatif.

Les bourgeois orléanais ont la réputation d'être particulièrement réactionnaires : catholiques intégristes, royalistes, racistes... Il ne faut pas généraliser, mais j'ai tendance à penser que c'est plutôt vrai.

Une arabe !

Une arabe !

C'est donc une ville où la ségrégation spatiale est particulièrement forte. Le centre historique (les photos) est dépourvu d'immigrés, de "minorités visibles", cantonnées à d'autres secteurs de la ville.

La maison de Jeanne d'Arc, les pavés, le tramway... Orléans.

La maison de Jeanne d'Arc, les pavés, le tramway... Orléans.

A vrai dire, la grande tristesse de cette belle cité, c'est d'avoir établi son université aux confins de la ville. Le centre, même s'il évolue bien, reste d'un ennui et d'une froideur navrants. Et comme par dessus le marché, les gens du cru ne sont pas vraiment réputés pour leur chaleur humaine et leur sens de la déconne, ça fait une ambiance pour le moins glaciale.

Mais bon, la Loire est magnifique.

Sanctus dominus...

Sanctus dominus...

Un film bien pourri, je vous avertis.

Partager cet article

Commenter cet article