Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wanegaine Tching Tchong

Au marché...

27 Juillet 2013 , Rédigé par Battì Publié dans #France, #Langeais, #Marché, #Gastronomie

Suite du voyage. Je vais ai donc dit qu'on mangeait très bien à Tours. Direction la campagne, histoire de jeter un œil à un marché de village.

Bienvenue à Langeais !

Au marché...

Il faut bien comprendre que cette belle région n'a droit qu'à peu de beau temps pendant l'année. La population développe pendant des mois un très fort désir de soleil, et aux beaux jours, tout le monde se rue dehors. C'est le temps des apéros-barbecues, des terrasses, et des teints rougeauds.

C'est aussi le temps où faire le marché est un vrai plaisir.

Un fromager

Un fromager

Beaucoup de français l'ignorent, mais les fromages du coin sont succulents. La Touraine produit des formages de chèvre démoniaques.

La principale différence avec les marchés chinois, c'est que les règles sanitaires sont très (trop ?) strictes. Les commerçants ont obligation d'exposer leurs produits en vitrines réfrigérées.

Au marché...

Ces camions aménagés coutent assez cher. Pour les commerçants, ça représente souvent un gros investissement.

Les bières...

Les bières...

On en parlé avec les étudiants de troisième année : c'est un peu le boom des bières locales, et autres brasseries d'abbayes. On varie les ingrédients, les saveurs... Il y en a pour tous les goûts, et je trouve les prix plutôt raisonnables.

Un rotisseur.

Un rotisseur.

Les rôtisseries, elles parfument tout le marché d'une fragrance qui donne instantanément faim. J'ai vu des végétariens passer devant en larmes. Pas par pitié pour les pauvres volailles.

Un boucher

Un boucher

Ce sont les bouchers qui vendent les fameux rillons, dont je vous ai causé il y a peu.

Mais on ne saurait passer sous silence d'autres produits fabuleux, tels que le boudin, l'andouillette, le jambon, les rillettes, et les nombreux pâtés. On y achète également des rafales de saucisses, chipolata ou merguez, qu'on fera cuire au barbecue, en buvant l'apéritif et en tenant des conversations très profondes.

Des saucissons secs. Ils blanchissent au séchage (c'est une moisissure)

Des saucissons secs. Ils blanchissent au séchage (c'est une moisissure)

Quand on a fini son marché, on rentre tranquillement, en passant par les jolies ruelles.

Comme à Yangzhou !

Comme à Yangzhou !

Rien d'exceptionnel : il y a des chateaux partout en Touraine.

Rien d'exceptionnel : il y a des chateaux partout en Touraine.

Il y a toujours une place avec une église.

Il y a toujours une place avec une église.

Voilà, vous l'avez compris, la Touraine est très belle et très agréable à vivre. En plus c'est plat : on peut y faire du vélo sans se crever.

Mais les habitants ont leur tare. Ils aiment à se gargariser de la pureté de leur français. Le vrai français, celui sans accent, sans déformations, c'est ici qu'on le parle.

Il va de soi que c'est d'une bêtise confondante.

En Europe, il y a deux mots qui ne vont pas ensemble, qu'il ne faut jamais associer : langue et pureté. La langue française, comme toutes ses copines, cousines et voisines, est issue d'une succession de mélanges, d'emprunts, d'altérations et d'évolutions. Parler de français pur, c'est un non-sens.

Pourquoi cette petite vantardise ? Tout simplement parce que c'est la région des rois. A la cour royale, on parlait le français du Val de Loire. Donc le "vrai" français. C'est tout. C'est stupide. On en rit.

Partager cet article

Commenter cet article